Pour soulever l’atout adverse

Dans une partie, soulever un honneur à l’atout adverse, le 9 ou l’As le plus souvent, est le fait de jouer une bonne carte pour obliger cet honneur à sortir, profitant de la règle de la monte, pour que derrière, il se fasse capturer (par le Valet par exemple dans le cas de l’uppercut au 9).

La plupart des joueurs connaissent cette technique. Ce que nous allons mettre en évidence ici, c’est que parfois, il faut employer des manœuvres particulières, pour réaliser ce coup.

Nous allons voir quelques-unes de ces manières, à travers trois exemples.

Exemple 1:

Précisons d’abord l’intérêt de soulever ce 9. Si Nord joue le Valet en premier, il suffit pour Est de jouer sa Dame, et son 9 tient. Mais si Sud joue 10 en premier, le 9 est obligé de se présenter, forcé par la règle de la monte.

Dans cet exemple, si Nord joue par exemple l’As de Cœur, Sud doit couper son partenaire maître, pour gagner la main, afin de pouvoir jouer le 10 de Pique, pour soulever le 9 en Est.

Exemple 2:

Dans ce cas, quand Nord joue Cœur, Sud doit couper avec son Valet, pour pouvoir rejouer 10, seul moyen de soulever l’As en Est. Si Sud coupe avec le 10, puis joue le Valet, avant de donner la main à son partenaire ; et si ce dernier joue alors son 9, l’As en Est va tenir.

Exemple 3 :

Soulever le 9 adverse peut aussi être fait par une autre couleur. Dans notre cas, Sud n’a pratiquement plus le moyen de gagner la main, sauf en coupant son partenaire maitre. Il va couper, et il présentera la Dame de Carreau, sur lequel Est devrait choisir entre couper avec le Roi, ou couper avec le 9. Dans les deux cas, il se fera surcouper, et son autre atout se fera capturer plus tard de toute façon. Si Sud jouait Trèfle au lieu de Carreau, la main aurait atterri en Nord, et le 9 de Pique en Est aurait tenu.

Tagged